Théo Casciani est auteur. [© Jules Moskovtchenko](jules1.jpg)

Né en 1995, il a étudié les sciences humaines et sociales à SciencesPo. et les mathématiques à l’Université Panthéon Sorbonne, à Paris, avant de rejoindre l’atelier des écritures contemporaines de La Cambre, à Bruxelles, où il enseigne désormais. Rétine, son premier roman, est paru aux Éditions P.O.L en 2019. Ses fictions, traduites dans différentes langues et célébrées par plusieurs prix, ont été présentées sous de multiples formes en France et à l’étranger, notamment par le WIELS [BE], Reference.Point [UK], le Kyoto Art Center [JP], le Centre Pompidou [FR], Terranova [SP], Montez Press [US], le Théâtre National de Chaillot [FR], Newton [US], le Palais de Tokyo [FR], LG Arts Center [KR], Goldsmiths University [UK], l’Opéra de Göteborg [SW], Actoral [FR], Fanfare [NL], Lafayette Anticipations [FR], Spazio Maiocchi [IT] ou encore le Musée du Louvre [FR]. Il a également contribué à des publications telles que AOC, Kaleidoscope, Alphabet, Capsule, Spectre, Klima, Aleï, Habitante, Possession Immédiate, Revue, Sabir, Draft, 90antiope et Mouvement. Ces textes ont fait l’objet de nombreuses collaborations et ont donné lieu à un séminaire de recherche en Belgique en 2021. Théo Casciani travaille actuellement à l’écriture de deux romans à paraître en 2025, dont l’un, Modèle, est une cosmogonie accompagnée d’une série de douze lectures collectives et multimédia. [© Jules Moskovtchenko](jules1.jpg)

Cette page a été dessinée par Masayuki Makino avec la police Plantin puis développée par Harry. Son paysage sonore est une pièce de Pierre Rousseau composée à partir d’extraits lus par Mana Haraguchi. Le cinquième feuillet comprend une version anglaise de l’ensemble des textes du site, traduits par Gabriel René Franjou. Les images sont accompagnées de leurs droits d’auteurs et ne peuvent pas être reproduites. [© Jules Moskovtchenko](jules1.jpg)

MAIL: mail@theocasciani.com
MGMT: zakkkkkkkk@proton.me
ÉD: hirsch@pol-editeur.fr
IG/X: @theocasciani
INFO: CV

Rétine retrace l’initiation d’un regard. Des préparatifs d’une exposition de DGF au Japon, dans le Kansai, à la quête d’une présence dans un Berlin submergé par le rassemblement de la jeunesse européenne, le narrateur apprend à se démettre de corps et de territoires dont il n’a que l’image pour faire peu à peu l’expérience de son propre regard. Les visions du récit prennent forme et créent leur propre langage d’un chapitre à l’autre, d’une page à l’autre, comme dans un livre d’images. Ce roman est paru aux Éditions P.O.L en août 2019 et en cours de traduction dans différentes langues. [© Éditions P.O.L](retine2.jpg)

À l’occasion de la parution de Rétine, Théo Casciani s’est associé à l’architecte Simon de Dreuille [Botanical Agency] pour configurer un espace de ralentissement, un temps de Lecture. Les pages deviennent des images, et des tapis imprimés composent un cadre reproductible et modulable qui, à chaque représentation, est investi par un·e artiste invité·e à livrer ses propres visions du texte exposé. Taddeo Reinhardt et Cléo Verstrepen ont suivi la conception de ce cycle et Théodora Jacobs en a signé tous les éléments graphiques. Lecture est une coproduction du Centre Wallonie-Bruxelles, du Kyoto Art Center et de l’Institut français du Japon, a bénéficié du soutien de Montévidéo et du Centre Pompidou. [© Cléo Verstrepen](l0122.jpg)

La Lecture (01) a eu lieu au Centre Wallonie-Bruxelles, à Paris, à l’occasion du festival Extra ! du Centre Pompidou, en septembre 2019. Programmée par Jean-Max Colard et Stéphanie Pécourt, cette première organisée par Marie-Ève Tossani a été activée par le musicien Pierre Rousseau. Le film de Lecture (01) a été réalisé par Julie Lecoustre et Alice Pallot, avec la participation de Maxime Cavajani. [© Botanical Agency](presse.jpg)

Dans le cadre de la Nuit Blanche organisée par l’Institut Français du Kansai, au Japon, la Lecture (02) a été présentée au Kyoto Art Center en octobre 2019 à l’invitation d’Isabelle Olivier, Maiko Okumura et Mayumi Yamamoto. Elle intégrait une installation sonore de Kazumichi Komatsu, spatialisée avec l’aide de Kota Uematsu de Soto, ainsi qu’une lecture bilingue imaginée par Cléo Verstrepen, qui l’a interprétée avec Fumi Takenouchi. Le texte a été traduit en japonais par Mana Haraguchi et des Caladiums installés grâce à l’aide de Miho Sonoyama, du collectif botanique Vandaka Plants. Le film de Lecture (02) a été produit avec l’aide des équipes techniques du Kyoto Art Center. [© Kyoto Art Center](kac.png)

Pour la Lecture (03), Liam Warren a conçu une pièce chorégraphique pour trois danseurs, Aurélien Charrier, Andrew Graham et Sandra Français, présentée à Montévidéo, à Marseille, en octobre 2019, pour le festival Actoral, à l’invitation d’Hubert Colas. Les lumières de cette performance ont été créées par Nils Doucet, la musique produite par Jules Bourret et la captation réalisée par Kheshia Hadda, avec la participation d’Antoine Brice. [© Kheshia Hadda](montevideo.png)

Enfin, la Lecture (04) s’est déroulée en octobre 2020 au Frac Provence-Alpes-Côte d’Azur, à Marseille, à l’invitation de Stéphanie Pécourt, Sara Anedda et Nathalie Abou-Isaac, dans le cadre de la Saison Parallèle organisée par le Centre Wallonie-Bruxelles avec le soutien de Montévidéo. La performance imaginée par Joana Preiss pour l’occasion n’a pas pu se tenir en public mais a donné lieu à un film réalisé par Corentin Laplanche-Tsutsui avec l’aide de Kiana Hubert-Low, Mélanie Sanchez, Gwenola Menou, Étienne Grandquillot, Maojaona Rasolofo et François Marquant. [© Corentin Laplanche-Tsutsui](joana.jpg)

En plus de projets menés en collaboration avec le chorégraphe Damien Jalet, pour des créations au Théâtre National de la Danse de Chaillot et à l’Opéra de Göteborg, ensuite présentées au LG Arts Center, à Séoul, au Théâtre de la Villette, à Paris, ou à la Dansens Hus, à Stockholm, avec des collaborateur.ice.s tels que Jim Hodges, Kohei Nawa, Tim Hecker, Mark Pritchard ou Jean-Paul Lespagnard, le musicien Pierre Rousseau pour le disque Dismantling Nagakin Capsule Tower commissionné par Alessio Ascari pour la parution du deuxième numéro du Magazine Capsule et son lancement à Spazio Maiocchi, à Milan, l’artiste Dominique Gonzalez-Foerster pour son exposition à la Galerie Chantal Crousel, à Paris, le photographe Tom de Peyret, avec le livre Concrete Mirages paru aux Éditions Poursuite et conçu avec Nicolas Poillot, Katia Porro, Axel Pelletanche et Thomas Geoffray [Artifices], le cinéaste Yohei Yamakado dans le cadre d’un film produit par le Fresnoy - Studio national des arts contemporains, avec la performeuse Bryana Fritz pour un projet présenté à la Villa Gillet, à Lyon, à l’invitation du Centre Wallonie Bruxelles, ou encore la créatrice Marie Lueder pour sa collection présentée lors de la London Fashion Week avec des artistes tels que Constantine//Spence, Tom Schneider, Tim Heyduck, MRWIZE, Stefania Batoeva ou Jake Heitland, de nombreux textes et entretiens sont parus dans différentes revues et magazines, en France et à l’étranger, notamment dans Archives Album, Draft, Klima, Habitante, Mouvement, Revue, Possession Immédiate, c.e.l.a [avec Botanical Agency], Sabir, Traversée, Spectre [Éditions Cosa Mentale], Décor, Editions For Friends [avec Oriol Vilanova], le Borges Project [avec Jean-Philippe Toussaint], AOC ou encore Kaleidscope Magazine. [© GoteborgOperans](kites.jpg)

Ces projets ont également donné lieu à des lectures, discussions et interventions publiques, par exemple au Palais de Tokyo, au cipM, au Lieu Unique [avec la Maison de la Poésie de Nantes], à la Fondation Ricard [avec Thomas Vauthier, Jessica Magnan et l’École Nationale des Arts Décoratifs de Paris], chez Florence Loewy [pour une sélection de livres à l’invitation de Franck Balland], pour Et Cætera, à Art-Cade, la galerie des bains douches [avec Cléo Verstrepen, à l’occasion de Manifesta], pour Actoral et le festival du PAC [avec Pablo Di Prima, Mia Brion, Arthur Poujois, Botanical Agency, Eva Anna Maréchal, Hamish Wirgman, Colombe d’Humières, Pierre Rousseau, Martin Tual et Lucile Guilmard], chez BAZAR.cie [avec Louise Mutrel et Atelier du Palais], au Couvent de la Comerie [pour Montévidéo, avec Kazumichi Komatsu], à Honmachi Escola [avec Jeanne Magnenat et Cléo Verstrepen], au Silencio, à Paris, pour la sortie de Christophe, définitivement [avec Dominique Gonzalez-Foerster, Ange Leccia, Giasco Bertoli, etc.], au Festival Effractions du Centre Pompidou et de la Bpi, pour le quarantième anniversaire des Éditions P.O.L [avec entre autres Marie Darrieussecq, Santiago Amigorena, Olivier Cadiot, Célia Houdart et Nathalie Léger], à FORUM [avec Masahiko Takeda, Simon Érin, Yuki Goda et Kyoko Nomura] ou encore au Centre Pompidou-Metz, lors du vernissage de l’exposition « Worldbuilding », pour une discussion avec Hans Ulrich Obrist et Chiara Parisi. [© Masayuki Makino et Pablo Di Prima](feteannulee.jpg)

L’ensemble de ces textes ont également fait l’objet de tables rondes et conférences, au Festival Faites Lire du Mans, à l’invitation du Monde des Livres pour un dialogue avec Raphaëlle Leyris et Yannick Haenel, à l’École Nationale Supérieure des Arts Visuels de la Cambre en avril 2018 [aux côtés de Jean-Max Colard, Gilles Collard, Julien Vallet, Benjamin Normand et Oriol Vilanova], à Montévidéo, à Marseille, durant Actoral 2018, pour des entretiens publics organisés par Hervé Pons et Camille Louis [avec Yves-Noël Genod, César Vayssié et Antoine Charbonneau-Demers], à l’Intime Festival d’août 2019, au Théâtre de Namur, à l’invitation de Chloé Colpé [avec Guillaume Sørensen, Olivier El Khoury et Gilles Collard pour un débat animé par David Courier], au Centre Pompidou, durant le festival Extra ! organisé par Jean-Max Colard, pour une discussion avec Jean-Philippe Toussaint modérée par Henri Guette, ou encore à la Générale, à Paris, à l’invitation d’Anna Ternon et Eva Maréchal, pour un dialogue avec Sébastien Souchon des Éditions Extensibles, aux Laboratoires d’Aubervilliers, en juillet 2020, pour une discussion avec Gabriel Gauthier intitulée Keep in Touch, dont une retranscription est parue en mars 2021 dans le troisième numéro de la Mosaïque des Lexiques, au 52 de la rue de la République, à Marseille, avec Henri Guette, avec Mathilde Roman pour un échange partant d’Édouard Levé avec les étudiant·e·s du Pavillon Bosio, à Monaco, et du Kurátorské Stúdiá, à Bratislava, ou encore lors d’une master-class avec Gilles Collard pour le Centre Pompidou-Metz en décembre 2020, sur une invitation de Patrick Steffen, mais aussi de rencontres [à l’Histoire de l’Œil, à Marseille, à l’occasion d’Actoral, avec Joël Baqué et Frédéric Boyer, chez Passages, à Lyon, aux Cahiers de Colette, à Paris, à Peinture Fraîche, à Bruxelles, ou encore au Frac Franche-Comté, à Besançon, en partenariat avec Les Sandales d’Empédocle, ainsi qu’à une carte blanche au Vidéodrome 2, à Marseille, durant laquelle ont été projetés quatre films ; Exposer, avec Cléo Verstrepen (2017), Ici le chemin des ânes, de Lou Rambert-Preiss (2018), Les Ailes du Désir, de Wim Wenders (1987) et Riyo, de Dominique Gonzalez-Foerster (1999)] ou encore d’ateliers dont sont notamment issues des recherches comme Monacorp [avec des étudiant.x.s des Écoles d’Art du Sud rassemblé.x.s au Pavillon Bosio, à Monaco] et All The Indeterminacies Are One [avec Joana Preiss, Vincent Dieutre, Pierre Rousseau, Gilles Collard et les membres de l’Atelier des écritures contemporaines de La Cambre, pour une pièce ensuite diffusée par Kiosk Radio]. [© MET](main.jpg)

Enfin, un séminaire a été organisé entre le Centre de recherche en Philosophie de l’Université Libre de Bruxelles (PHI) et le Master en Textes et création Littéraire de La Cambre (ENSAV) partant des textes de (Théo) Casciani. Titré Speculor, il s’inscrit dans le cadre des recherches de Noé Gross et prend la forme d’un atelier collectif d’enquête et d’écriture. Ce projet réunit notamment des interventions et contributions de Corentin Laplanche-Tsutsui, Simon de Dreuille, Arthur Poujois, Gylfi Þ. Gunnlaugsson, Masayuki Makino, Daniel Sean Mellet, Gabriel René Franjou, Elsa Guénot, Katia Porro, Arnaud Idelon, David Puig, Camille Bleker, Élie Petit, Émilien Chesnot, Elsa Vettier, Eva Marechal, Io Worthington, Laëtitia Badaut Haussmann, Nassim Luczaj, Rose Vidal, Sephora Shebabo, Patrick Stasny, Joachim Olender, Corentin Lahouste, Anne Reverseau, Hugo Betting, Gilles Collard, Oriol Vilanova, Taos Bertrand, Georgina Hill et Jimmy Poulot, entre autres. Son site répertorie l’ensemble des contributions et discussions du séminaire. [© Theodora Jacobs](speculor.jpg)

Maquette est un roman à paraître aux Éditions P.O.L, prenant la forme d’une cosmogonie du monde d’après. Ce texte ausculte les manières par lesquelles de nouveaux modèles apparaissent ainsi que la résistance des émotions face aux mutations virtuelles. Son écriture s’accompagne d’une série de lectures composée d’autant d’épisodes que de chapitres dans le manuscrit. Détournant les codes habituels et réinvestissant le système du feuilleton, ces événements collaboratifs aspirent à mettre le texte à l’épreuve de différents regards et sensibilités tant qu’il est encore malléable, à connecter un ensemble de formats et de contributions et à utiliser une variété de canaux pour installer le climat de cette fiction avant sa parution. Le livre sera le résultat de cette aventure. En plus des artistes invité·e·s à chaque occurrence, l’ensemble du cycle implique Simon de Dreuille [direction créative], Élise Poitevin et Anne Vimeux de SISSI [aide à la conception], Chloé Bonnie More [coordination], Masayuki Makino [graphisme], Martin Desinde de Dépense Défensive [archives], Pierre Demonès [costumes], Gabriel René Franjou et Patrick Stasny [traduction], Margaux Blachère [production], et bénéficie notamment du soutien du programme Mondes Nouveaux. [© Masayuki Makino](maquette1.jpg)

Le premier chapitre, titré LICHEN, a été présenté à l’automne 2021 à Marseille, au SISSI club. Se déployant de midi à minuit, sur les lieux mêmes du roman, alternant entre concert, table-ronde et vidéo-chat, la lecture devient un site de rencontres et réunit un ensemble de pratiques, de contributions et d’interprétations, avec la participation de Jamie Lozoff, Aurilian, Pierre Rousseau, Mia Brion, Marie Lueder, Anne Vimeux, Élise Poitevin, Inès Di Folco, Hayoung Kim, Joana Preiss, Cléo Verstrepen, Lil Miquela et Francine Cuq. [© Théophil Eschenauer et SISSI](lichen.jpg)

VERSION est un film peuplé d’avatars, de sosies, d’hologrammes et de fantômes, co-produit par Pivonka et l’Hôtel Experimenta. Entre dédoublements et sorties de corps, les personnages de ce chapitre se croisent, se perdent puis se retrouvent dans des territoires urbains ou digitaux pour se disputer la mémoire et imaginer le devenir d’une identité disparue. Ce moyen-métrage de science-fiction réalisé avec Lou Rambert Preiss rassemble entre autres Thibault Lac, Uccellove, Ewa Awe, Claude-Emmanuelle Gajan-Maull, Caroline Honorien, Vittorio Pessin, Gylfi Þorsteinn, Juliette Barrat, Toco Vervisch, Clara Boulard, Félix E. Pap et Colombe d’Humières. Le film a été présenté dans trente lieux au même moment, le 9 septembre 2022 à 20h30. VERSION a ainsi été simultanément diffusé à New York [Newton], Paris [Centre Pompidou], Amsterdam [Fanfare], Bruxelles [WIELS], Tokyo [The White], Barcelone [Terranova], Marseille [Mucem] ou encore Tbilissi [Left Bank]. Le film a ensuite été sélectionné pour la 32è édition du Festival Côté Court, à Pantin, en juin 2023. La partie sonore est disponible sur la radio *Duuu et liste complète de l’équipe et des lieux de projection accessible sur un site dédié. [© Pivonka Production](version.jpg)

VISA, le troisième épisode de cette série de lectures, a été conçu à Londres, en décembre 2022, puis présenté en février 2023. Ce chapitre a donné lieu à une pièce radiophonique conçue en collaboration avec Thelma Cappello, pensée à l’invitation de Reference.Point, 180 The Strand, et diffusée par Montez Press. Le récit retrace la signature d’un traité dans la City de Londres visant à rétablir des frontières sur Internet et à créer des visas virtuels afin de limiter les dommages climatiques et de contenir la propagation des théories du complot. La lecture intègre les voix de Brother May, Hans Ulrich Obrist, Maïa Tellit Hawad, Forensic Architecture, Jonah Freund, Chloee Maugile, Sophia Dowson-Collins, Robin Burgess, Victoria Abu Khalil, Alma Feldhandler, Kazumichi Komatsu, Ching Chuan Kuo, Rafael Moreno, Mia Brion, Agata Ingarden, Maud Barret et Masha Silchenko. Chloé Delchini a dessiné les tickets de cet événement rendu possible par Io Worthington et Edie Ashley. [© Thelma Cappello et Reference.Point](visa.jpg)

HYSTERIA est une simulation réalisée au Musée du Louvre. Ce quatrième chapitre suit une intelligence artificielle détectée dans la Salle des Caryatides et soupçonnée de vouloir aspirer l’âme de sculptures hystériques. Tandis qu’elle tente de pirater des statues enflammées, un groupe d’activistes se dresse pour sauver les œuvres de cette menace. Le projet s’inscrit dans le cadre des Regards du Louvre, aux-côtés notamment d’Ivan Argote, Hicham Berrada, Anton Bialas et Kamilya Kuspanova, Mykki Blanco, Pan Daijing, Eliza Douglas, Mimosa Echard, Miles Greenberg, Rafik Greiss et Christelle Oyiri, et a été produit en collaboration avec Valentin Gillet [photographie 3D], Kim Boutin de DVTK [supervision digitale], Simon Bénichou [conseil technique], Sagar Patel de dokodemo [développement], Pierre Rousseau [musique], Abel Roux [ingénieur du son], Aurore Clément [voix-off], Marina Herlop [cris], Vinson Fraley, Michèle Lamy, Hatsune Miku et McKenzie Wark [personnages], Marie-Mam Sai Bellier [graphisme], Laurenz Brunner et Étienne Ozeray [typographies]. Le film a été diffusé dans le cadre du festival French Waves sur la plateforme Tencent en Chine au début de l’étét 2023 et est accessible via ce lien. [© Musée du Louvre](hysteria.jpg)

OPERA est une pièce de théâtre présentée en mai 2023 au Château d’If, au large de Marseille, à l’invitation du Centre des Monuments Nationaux dans le cadre de Mondes Nouveaux’ et du Festival PAC. Située au bout du couloir des oubliettes, une cellule de l’ancienne prison devient une capsule de fiction, une pièce détachée du récit, ou plus simplement une miniature de la grande simulation que décrit ce cinquième chapitre. Le narrateur de ce chapitre, interprété par Marc Susini, sorte d’architecte-gourou du metaverse, décrit l’emprise que ces univers alternatifs auraient déjà sur nos vies et le réel qui d’après lui ne serait désormais plus qu’une île perdue dans le virtuel. Il déclame ses prophéties sous le regard mi-protecteur mi-menaçant d’un garçon hystérique mais muet, un ancien membre du complot luttant contre l’émergence de ce nouveau monde incarné par Félix Maritaud. Introduit par une musique de Nkisi, ce duel se tient dans un dispositif conçu avec l’aide de Rémy Bourakba de MOTTO, éclairé par Corentin Laplanche-Tsuitsui, construit par Théophil Eschenauer puis photographié par Elsa Kostic. [© Elsa Kostic](opera.jpg)

DÉFINITION, le sixième épisode de cette série, prend la forme d’une exposition conçue à l’invitation de Claire Staebler et présentée au Frac des Pays de la Loire, à Nantes, du 30 juin au 20 octobre 2023, sous le titre, « Vous n’avez pas besoin d’y croire pour que ça existe ». En transformant le contexte du Frac en un espace autre, à la fois data-center, laboratoire et stockage, il s’agit d’interroger le devenir des œuvres dans le monde d’après, entre dystopie et multiverse, tout en laissant le public prendre part à la simulation, à ce futur. L’exposition dont le plan a été dessiné par Simon de Dreuille, la direction graphique réalisée par Marie-Mam-Sai Bellier et les animations par Baptiste Poligné, rassemble des œuvres de Laëtitia Badaut Haussmann, Salomé Chatriot, Ivan Cheng, Chris Cunningham, Pierre Demonès et Inner Light, Jesse Darling, Kevin Desbouis, Peter Fischli et David Weiss, Garance Früh, Timothy Morton, General Motors et Norman Bel Geddes, Dominique Gonzalez-Foerster, Amal Guichard et Walter Wathieu, HaYoung, Rem Koolhaas, Mike Kelley, Ibrahim Meïté Sikely, Rafael Moreno, Pamela Rosenkranz, Harilay Rabenjamina, Tschabalala Self, Colin Self, Erwan Sene, Tommaso di Stefano Lunetti, Emma Stern, Frances Stark, Hito Steyerl, Pol Taburet, Apichatpong Weerasethakul et Gaspar Willmann. Le texte de cette exposition ainsi que sa documentation sont accessibles en ligne. [© Marie-Mam-Sai Bellier](Nantes.jpg)

TACTIQUE est une conférence imaginée à l’invitation du Centre Wallonie-Bruxelles pour conclure la manifestation « Arpenter », à Lille, en collaboration avec la Maison Folie Moulins, les programmations d’Extra!, du Centre Pompidou, à Paris, et d’Actoral, à Marseille, ainsi que le média AOC, qui en publiera la retranscription. Cet événement s’inspire de son décor ; l’espace piranésien du quartier d’Euralille conçu par Rem Koolhaas et l’OMA entre 1989 et 1994. Il devait réunir un ensemble d’artistes, d’activistes et de scientifiques invité·e·s à débattre d’extraits du roman lus à cette occasion et ponctués d’une musique de Vegyn. La scénographie composée de réflecteurs dessinée par Quentin Vuong a été photographiée par Joseph Kadow, puis présentée sous forme de fragments dans des pochettes confectionnées par Marie-Mam Sai Bellier et tirées à l’Imprimerie du Marais le 17 octobre 2023, à Lafayette Anticipations, à Paris. Le lancement de cette édition a eu lieu lors des Engadin Art Talk, en marge d’une lecture de ce septième chapitre suivie d’une conversation avec Hans Ulrich Obrist dont la captation est disponible en ligne. Cette journée d’échanges comprenait également des interventions d’Hélène Cixous, Simone Fattal, Trajal Harrell, Thomas Hirschhorn, Anna-Alix Koffi, Stéphanie Bru, Alexandre Theriot, Bice Curiger, Philip Ursprung et Daniel Baumann. La production de ce projet a été assurée par Cristina Bechtler, Christian Herren, Dayle Bechtler-Lustenberger, Daan Couzijn, Diane Moquet et Isabella d’Aprile, avec le soutien de Cécile Moscovitz, Louise Brunner, Jean-Max Colard et Stéphanie Pécourt. [© Joseph Kadow et Engadin Art Talks](Lille.jpg)

[…] [© Masayuki Makino](maquette1.jpg)

 

« Dans ses textes et quelle qu’en soit la forme, (Théo) Casciani emploie la description comme une arme de fiction pour ébaucher des contre-modèles. Les tableaux spéculatifs et ambiants qu’il compose semblent vivre de manière autonome, étirent le temps et baignent dans une esthétique étrange, ultra-contemporaine et souvent plus qu’humaine ; ils créent du trouble et un manque qu’il revient à chacun·e d’investir. Sans se résoudre à un sujet, (Théo) Casciani choisit d’exposer plutôt que de dire. Il explore et associe des tendances politiques, médiatiques, économiques ou culturelles mises en réseau pour saisir ce qu’il reste de doutes et d’émotions sous le virtuel. Pulsions, obsessions et désirs, faiblesses, écrans ou vertiges ; tout est ruiné, épuisé ou mystifié pour en isoler la matière première, la grâce. » MG. [© Giasco Bertoli](presse3.jpg)

Anti-Musée (par Conrad Wekselberg)
ActuaLitté (par Maxime Moraud)
AOC (par Fabrice Gabriel)
Arte (par Lionel Jullien)
ArtReview (avec E.A.T)
ArtistikRezo (par Marion Clousier)
Art Newspaper (par Stéphane Renault)
ArtPress (par la rédaction)
BX1 (par David Courier)
Charlie Hebdo (par Yannick Haenel)
Ce Même Monde (par Nathalie Abou-Isaac)
Centre Pompidou-Metz (avec Gilles Collard)
Dagens Nyheter (par Anna-Lena Laurén)
Diacritik (par Olivier Steiner et Johan Faerber)
DUUU Radio (avec Gabriel Gauthier)
Document Journal (par Jack Hjerpe)
#ECRIRW (par Luna Miguel et Antonio Rodriguez)
E-Flux (par la rédaction)
Entrevues (par Éric Dussert)
Finestre sull’Arte (par la rédaction)
Fomo-Vox (avec Sylvie Zavatta)
Fräeulein Magazine (par Klaas Hammer)
Grande Galerie (par Valérie Coudin)
Jet FM (par Henri Landré)
Jeu de Paume — Focus (par Florian Martin-Wester)
Kaltblut Magazine (par Marcel Schlutt)
Karoo (par Noé Gross)
Korean Herald (par Hwang Dong-hee)
La Provence (par Aurélie Biagini)
La Voix du Nord (avec le Centre Wallonie-Bruxelles)
L’Art Même (par Magali Nachtergael)
L’Humanité (par Alain Nicolas)
L’Intervalle (par Fabien Ribéry)
Le Carnet et les Instants (par Michel Torrekens)
Le Monde Magazine (par Clément Ghys)
Le Progrès (avec le Frac Franche-Comté)
Les Inrocks (par Ingrid Luquet-Gad)
L’Est Républicain (par Jocelyne Fracheboud)
Le Vif (par Ysaline Parisis)
Libération (par Claire Moulène)
Metal Magazine (par Bernadette Large)
Mouvement (par Marouane Bakhti)
Numéro (par Matthieu Jacquet)
Oh!Bah (par Sonia Laroche)
Ouest France (par Maxime Huteau)
Paris Art (avec le CWB)
Projets Média (par Para-)
Radio Campus (par Arnaud Bertini)
Radio Grenouille (par Thomas Corlin)
Revue (par Florian Champagne)
RTBF (par Pascal Claude)
Sky Arte (par la rédaction)
Station Station (par Samuel Belfond et Arnaud Idelon)
SonaLitté (par Romain Detroy)
Svenska Dagbladet (par Loretto Villalobos)
Switch (on Paper) (par Mathilde Roman)
Télénantes (Tom Tricherot)
Tiers Livre (par François Bon)
Toute la Culture (par Julien Coquet)
Transfuge (par Thomas Hahn)
Vanity Teen (par la rédaction)
Vice (par Arnaud Idelon)
YACI (par Henri Guette)
Weltkunst – Die Zeit (par Hans-Ulrich Obrist)
Zérodeux / 02 (par Camille Velluet)
Zibeline (par Marc Voiry)
Zone Critique (par Guillaume Narguet)
[© Giasco Bertoli](presse3.jpg)

Théo Casciani is an author. [© Pablo Di Prima](portrait.jpg)

Born in 1995, he studied humanities and social sciences at SciencesPo. and mathematics at Panthéon-Sorbonne University, in Paris, before joining the contemporary writing program at La Cambre, in Brussels, where he is now a lecturer. Rétine, his first novel, was published by Éditions P.O.L in 2019. His fictions, translated into different languages and awarded several prizes, have been presented through multiple forms in France and abroad, including WIELS [BE], Reference.Point [UK], Kyoto Art Center [JP], Centre Pompidou [FR], Montez Press [US], Terranova [SP], Théâtre National de Chaillot [FR], Newton [US], Goldsmiths University [UK], LG Arts Center [KR], Palais de Tokyo [FR], Göteborg Opera [SW], Actoral [FR], Fanfare [NL], Lafayette Anticipations [FR], Spazio Maiocchi [IT] and the Louvre [FR]. He has also contributed to publications such as AOC, Kaleidoscope, Alphabet, Capsule, Spectre, Klima, Aleï, Habitante, Possession Immédiate, Revue, Sabir, Draft, 90antiope and Mouvement. These texts have led to various collaborations and a research seminar in Belgium, in 2021. Théo Casciani is currently working on two novels to be published in 2025, including Model, a cosmogony accompanied by a series of twelve collective and multimedia readings. [© Pablo Di Prima](portrait.jpg)

This webpage was designed by Masayuki Makino using the Plantin font and developed by Harry. Its soundscape is a piece by Pierre Rousseau composed of extracts read by Mana Haraguchi. This layer presents an English version of all the texts on the site, translated by Gabriel René Franjou. All images are copyrighted and may not be reproduced. [© Pablo Di Prima](portrait.jpg)

*

Maquette is a novel to be published by Éditions P.O.L, taking the form of a cosmogony for the world to come. It examines the ways in which new models appear and the persistence of emotions in the face of virtual mutations. It is being written alongside a series of readings, of which there are as many episodes as there are chapters in the manuscript. Hijacking standard codes and renewing the feuilleton serial system, these collaborative events aim to confront the text to different perspectives and sensibilities while it is still malleable, using a variety of media to establish the fiction’s atmosphere. In addition to the artists invited to each event, the cycle involves Simon de Dreuille [creative direction], Élise Poitevin and Anne Vimeux of SISSI [conception support], Chloé Bonnie More [coordination], Masayuki Makino [graphic design], Martin Desinde of Dépense Défensive [archives], Pierre Demonès [styling], Gabriel René Franjou and Patrick Stasny [translation], Margaux Blachère [production], and is sponsored by, among others, the Mondes Nouveaux program. [© Masayuki Makino](maquette1.jpg)

The first chapter, entitled LICHEN, was presented in autumn 2021 in Marseille, at the SISSI club. Running from noon to midnight, on the locations of the novel, shifting between concert, panel discussion and video-chat, the reading becomes a meeting place and brings together a range of practices, contributions and interpretations, with the participation of Jamie Lozoff, Aurilian, Pierre Rousseau, Mia Brion, Marie Lueder, Anne Vimeux, Élise Poitevin, Inès Di Folco, Hayoung Kim, Joana Preiss, Cléo Verstrepen, Lil Miquela and Francine Cuq. [© Théophil Eschenauer et SISSI](lichen.jpg)

VERSION is a film populated by avatars, doppelgangers, holograms and ghosts. It is co-produced by Pivonka and Hotel Experimenta. The characters in this chapter cross paths, get lost and meet again in urban or digital territories as they fight over the memory and imagine the future of a lost identity. This mid-length science-fiction film, directed with Lou Rambert Preiss, brings together Thibault Lac, Uccellove, Ewa Awe, Claude-Emmanuelle Gajan-Maull, Caroline Honorien, Vittorio Pessin, Gylfi Þorsteinn, Juliette Barrat, Toco Vervisch, Clara Boulard, Félix E. Pap and Colombe d’Humières. The film was presented in thirty locations at the same time, on 9 September 2022 at 8.30 pm. VERSION was simultaneously shown in New York [Newton], Paris [Centre Pompidou], Amsterdam [Fanfare], Brussels [WIELS], Tokyo [The White], Barcelona [Terranova], Marseille [Mucem] and Tbilisi [Left Bank]. The sound part is accessible on *Duuu Radio and complete list of crew members and screening venues available on a dedicated website. [© Pivonka Production](version.jpg)

The third episode of this series of readings took place in London in December 2022, then has been presented in February 2023. The VISA chapter resulted in a radio play conceived in collaboration with Thelma Cappello, commissioned by Reference.Point, 180 The Strand, and broadcast by Montez Press. Set in the City of London, the story follows the signing of a treaty aiming to establish internet borders and create virtual visas to limit climate damage and contain the spread of conspiracy theories. The reading includes the voices of Brother May, Hans Ulrich Obrist, Maïa Tellit Hawad, Forensic Architecture, Gabriel René Franjou, Jonah Freund, Chloee Maugile, Sophia Dowson-Collins, Robin Burgess, Victoria Abu Khalil, Alma Feldhandler, Kazumichi Komatsu, Ching Chuan Kuo, Rafael Moreno, Mia Brion, Agata Ingarden, Maud Barret and Masha Silchenko. Chloé Delchini designed the tickets for this event made possible thanks to Io Worthington and Edie Ashley. [© Thelma Cappello et Reference.Point](visa.jpg)

HYSTERIA is a simulation realized at the Louvre Museum. The fourth chapter follows an artificial intelligence detected in the Salle des Caryatides and suspected of trying to steal the souls of hysterical sculptures. As it attempts to hack into the burning statues, a group of activists rise up to save the works from this threat. The project is part of the Regards du Louvre series, featuring Ivan Argote, Hicham Berrada, Anton Bialas and Kamilya Kuspanova, Mykki Blanco, Pan Daijing, Eliza Douglas, Mimosa Echard, Miles Greenberg, Rafik Greiss and Christelle Oyiri, among others, and was produced in collaboration with Valentin Gillet [3D photography], Kim Boutin from DVTK [digital supervision], Simon Bénichou [technical advice], Sagar Patel from dokodemo [development], Pierre Rousseau [music], Abel Roux [sound engineer], Aurore Clément [voice-over], Marina Herlop [screams], Vinson Fraley, Michèle Lamy, Hatsune Miku and McKenzie Wark [characters], Marie-Mam Sai Bellier [graphic design], Laurenz Brunner and Étienne Ozeray [typographies]. The video has been broadcasted during French Waves festival on Tencent platform, in China, and is available on the Louvre’s medias. [© Musée du Louvre](hysteria.jpg)

OPERA is a theatre play presented in May 2023 at the Château d’If, off the coast of Marseille, at the invitation of the Centre des Monuments Nationaux as part of Mondes Nouveaux’ and the PAC Festival. At the end of the corridor des oubliettes”, a cell of the former prison becomes a fiction capsule, a detached piece of the narrative, or simply a miniature of the great simulation described in this fifth chapter. The narrator, portrayed by Marc Susini, a kind of guru-architect of the metaverse, describes the influence that these alternative universes supposedly already have on our lives and the real world, which according to him, would henceforth be no more than an island lost within the virtual. He recites his prophecies under the half-protective, half-threatening gaze of a hysterical but mute boy, a member of the conspiracy fighting against the emergence of this new world, played by Félix Maritaud. Introduced by a music by Nkisi, this duel takes place in a set-up conceived with the help of Rémy Bourakba from MOTTO, lit by Corentin Laplanche-Tsuitsui, built by Théophil Eschenauer and photographed by Elsa Kostic. [© Elsa Kostic](opera.jpg)

DEFINITION, the sixth episode in this series, takes the form of an exhibition conceived at the invitation of Claire Staebler and presented at the Frac des Pays de la Loire, in Nantes, from June 30 to October 20, 2023, under the title, You don’t have to believe it for it to exist”. By transforming the context of the Frac into another space, part data-center, part laboratory, part storage, the aim is to question the future of artworks in the next world, between dystopia and multiverse, while letting the public take part in the simulation, in this future. The exhibition, designed by Simon de Dreuille, with graphic direction by Marie-Mam-Sai Bellier and animations by Baptiste Poligné, features works by Laëtitia Badaut Haussmann, Salomé Chatriot, Ivan Cheng, Chris Cunningham, Pierre De-monès and Inner Light, Jesse Darling, Kevin Desbouis, Peter Fischli and David Weiss, Garance Früh, Timothy Morton, General Motors and Norman Bel Geddes, Dominique Gonzalez-Foerster, Amal Gui-chard and Walter Wathieu, HaYoung, Rem Koolhaas, Mike Kelley, Ibrahim Meïté Sikely, Rafael More-no, Pamela Rosenkranz, Harilay Rabenjamina, Tschabalala Self, Colin Self, Erwan Sene, Tommaso di Stefano Lunetti, Emma Stern, Frances Stark, Hito Steyerl, Pol Taburet, Apichatpong Weerasethakul and Gaspar Willmann. The exhibition text and documentation are available online. [© Marie-Mam-Sai Bellier](Nantes.jpg)

TACTIQUE is a conference organized following a proposal by the Centre Wallonie-Bruxelles to conclude its Arpenter » festival, in Lille, in collaboration with Maison Folie Moulins, the programs of Extra! at the Centre Pompidou, in Paris, and Actoral, in Marseille, as well as the AOC media, which will publish the transcript. The event was inspired by its decor: the Piranesian space of the Euralille district, planned by Rem Koolhaas and OMA between 1989 and 1994. It brought together a group of artists, activists and scientists, who were invited to discuss excerpts from the novel, read for the occasion and punctuated by a sound piece by Vegyn. The reflector scenography designed by Quentin Vuong was photographed by Joseph Kadow, then presented as fragments in pochettes made by Marie-Mam Sai Bellier and printed at Imprimerie du Marais on October 17, 2023, at Lafayette Anticipations, Paris. The launch of this edition took place during the Engadin Art Talk, with a reading of this seventh chapter followed by a conversation with Hans Ulrich Obrist, the recording of which is available online. This day of exchange also included interventions by Hélène Cixous, Simone Fattal, Trajal Harrell, Thomas Hirschhorn, Anna-Alix Koffi, Stéphanie Bru, Alexandre Theriot, Bice Curiger, Philip Ursprung and Daniel Baumann. The project was produced by Cristina Bechtler, Christian Herren, Dayle Bechtler-Lustenberger, Daan Couzijn, Diane Moquet and Isabella d’Aprile, with the support of Cécile Moscovitz, Louise Brunner, Jean-Max Colard and Stéphanie Pécourt. [© Joseph Kadow and Engadin Art Talks](Lille.jpg)

*

Retina is the initiation story of a gaze. From the preparations of a DGF exhibition in Kansai, Japan, to the search for a presence in Berlin overwhelmed by the gathering of Europe’s youth, the narrator learns to let go of bodies and territories of which he holds only the image in order to gradually experience his own gaze. The visions of the story take shape and create their own language from one chapter to the next, page after page, as in a picture book. The novel was published by Éditions P.O.L in August 2019 and is currently being translated into various languages. [© Éditions P.O.L](retine2.jpg)

For the publication of Rétine, Théo Casciani collaborated with the architect Simon de Dreuille [Botanical Agency] to create a slowed-down space, a reading time. Pages become images, and printed carpets compose a reproducible and modular framework which, with each performance, is invested by an artist invited to deliver their own perspective on the text on display. Taddeo Reinhardt and Cléo Verstrepen guided the conception of this cycle and Théodora Jacobs designed all its graphical elements. Lecture is a co-production of the Centre Wallonie-Bruxelles, the Kyoto Art Center and the French Institute of Japan, and was supported by Montévidéo and the Centre Pompidou. [© Cléo Verstrepen](l0122.jpg)

Lecture (01) took place at the Centre Wallonie-Bruxelles, Paris, on the occasion of the Centre Pompidou’s Extra! festival, in September 2019. Programmed by Jean-Max Colard and Stéphanie Pécourt, the premiere, organized by Marie-Ève Tossani, was activated by musician Pierre Rousseau. Lecture (01)s film was directed by Julie Lecoustre and Alice Pallot, with the contribution of Maxime Cavajani. [© Botanical Agency](presse.jpg)

As part of Nuit Blanche, organised by the French Institute of Kansai, Japan, Lecture (02) was presented at the Kyoto Art Center in October 2019 at the invitation of Isabelle Olivier, Maiko Okumura and Mayumi Yamamoto. It included a sound installation by Kazumichi Komatsu, spatialised with the help of Kota Uematsu from Soto, as well as a bilingual reading conceived by Cléo Verstrepen, who performed it with Fumi Takenouchi. The text was translated into Japanese by Mana Haraguchi and Caladiums plants were installed with the help of Miho Sonoyama of the botanical collective Vandaka Plants. Lecture (02)s film was produced with the help of the technical staff of the Kyoto Art Center. [© Kyoto Art Center](kac.png)

For Lecture (03), Liam Warren designed a choreographic piece for three dancers, Aurélien Charrier, Andrew Graham and Sandra Français, presented at Montévidéo, Marseille, in October 2019, for the Actoral festival, at the invitation of Hubert Colas. The lighting for this performance was created by Nils Doucet, the music produced by Jules Bourret and the recording made by Kheshia Hadda, with the assistance of Antoine Brice. [© Kheshia Hadda](montevideo.png)

Finally, Lecture (04) took place in October 2020 at the Frac Provence-Alpes-Côte d’Azur, in Marseille, hosted by Stéphanie Pécourt, Sara Anedda and Nathalie Abou-Isaac, as part of the Saison Parallèle organised by the Centre Wallonie-Bruxelles, with the support of Montévidéo. The performance, imagined by Joana Preiss for the occasion, could not be held in public but was made into a film by Corentin Laplanche-Tsutsui with the help of Kiana Hubert-Low, Mélanie Sanchez, Gwenola Menou, Étienne Grandquillot, Maojaona Rasolofo and François Marquant. [Corentin Laplanche-Tsutsui](joana.jpg)

*

In addition to projects with choreographer Damien Jalet, for creations at the Théâtre National de la Danse de Chaillot and the Göteborg Opera alongside collaborators such as Jim Hodges, Kohei Nawa, Tim Hecker, Mark Pritchard or Jean-Paul Lespagnard, musician Pierre Rousseau for the CD Dismantling Nagakin Capsule Tower comissioned by Alessio Ascari for the second issue of Capsule Magazine and its launch at Spazio Maiocchi, in Milano, artist Dominique Gonzalez-Foerster for her exhibition at Galerie Chantal Crousel, in Paris, photographer Tom de Peyret for the book Concrete Mirages published by Éditions Poursuites and conceived with Nicolas Poillot, Katia Porro, Axel Pelletanche and Thomas Geoffray [Artifices], filmmaker Yohei Yamakado as part of a film produced by the Fresnoy - Studio national des arts contemporains, performer Bryana Fritz for a project presented at Villa Gillet, in Lyon, during a festival organized by Centre Wallonie Bruxelles, or designer Marie Lueder for her collection presented during London Fashion Week with artists such as Constantine/Spence, Tom Schneider, Tim Heyduck, MRWIZE, Stefania Batoeva or Jake Heitland, numerous texts and interviews have appeared in various magazines, in France and abroad, notably in Draft, Archives Album, Klima, Habitante, Mouvement, Revue, Possession Immédiate, Sabir, Spectre [Éditions Cosa Mentale], c.e.l.a [with Botanical Agency], Décor, Editions For Friends [with Oriol Vilanova], AOC, for the Borges Project [with Jean-Philippe Toussaint] or Kaleidoscope Magazine. [© GoteborgOperans](kites.jpg)

These projects have also led to readings, discussions and public interventions, for example at the Palais de Tokyo, the cipM, the Lieu Unique [with the Maison de la Poésie de Nantes], the Fondation Ricard [with Thomas Vauthier, Jessica Magnan and the École Nationale des Arts Décoratifs de Paris], for Et Cætera, at Art-Cade, la galerie des Bains Douches [with Cléo Verstrepen, on the occasion of Manifesta], at Florence Loewy Gallery [for a book selection at the invitation of Franck Balland], for Actoral and the PAC festival [with Pablo Di Prima, Mia Brion, Arthur Poujois, Botanical Agency, Eva Anna Maréchal, Hamish Wirgman, Colombe d’Humières, Pierre Rousseau, Martin Tual and Lucile Guilmard], at BAZAR.cie [with Louise Mutrel and Atelier du Palais], at the Couvent de la Comerie [for Montévidéo, with Kazumichi Komatsu], at Honmachi Escola [with Jeanne Magnenat and Cléo Verstrepen], at Silencio, in Paris, fort the release oft he movie Christophe, définitivement [with Dominique Gonzalez-Foerster, Ange Leccia, Giasco Bertoli, etc.], for Festival Effractions of Centre Pompidou and Bpi, on the occasion of the 40th birthday of Éditions P.O.L [with Marie Darrieussecq, Santiago Amigorena, Olivier Cadiot, Célia Houdart and Nathalie Léger], FORUM Kyoto [with Masahiko Takeda, Simon Érin, Yuki Goda and Kyoko Nomura] or Centre Pompidou-Metz for a talk with Chiara Parisi and Hans Ulrich Obrist. [Masayuki Makino and Pablo Di Prima](feteannulee.jpg)

All of these texts were also the subject of discussions and conferences, at the Festival Faites Lire in Le Mans, at the invitation of Le Monde des Livres for a dialogue with Raphaëlle Leyris and Yannick Haenel, at the École Nationale Supérieure des Arts Visuels de la Cambre, alongside Jean-Max Colard, Gilles Collard, Julien Vallet, Benjamin Normand and Oriol Vilanova, in April 2018; at Montévidéo, in Marseille, during Actoral, for public interviews organised by Hervé Pons and Camille Louis, with Yves-Noël Genod, César Vayssié and Antoine Charbonneau-Demers, in October 2018; at the Intime Festival, at the Théâtre de Namur, at the invitation of Chloé Colpé, in the company of Guillaume Sørensen, Olivier El Khoury and Gilles Collard, for a debate moderated by David Courier, in August 2019; at the Centre Pompidou, during the festival Extra! festival organised by Jean-Max Colard, for a discussion with Jean-Philippe Toussaint moderated by Henri Guette; or at La Générale, in Paris, at the invitation of Anna Ternon and Eva Maréchal, for a dialogue with Sébastien Souchon of Éditions Extensibles; at the Laboratoires d’Aubervilliers, in July 2020, for a discussion with Gabriel Gauthier entitled Keep in Touch, a transcript of which appeared in March 2021 in the third issue of the Mosaïque des Lexiques; at 52 de la rue de la République, in Marseille, with Henri Guette, with Mathilde Roman for an exchange starting from the work of Édouard Levé with the students of the Pavillon Bosio, in Monaco, and of the Kurátorské Stúdiá, in Bratislava, or during a master-class with Gilles Collard for the Centre Pompidou-Metz in December 2020, at the invitation of Patrick Steffen, but also during events [at the Histoire de l’Œil, in Marseille, on the occasion of Actoral, with Joël Baqué and Frédéric Boyer, at Passages, in Lyon, at Cahiers de Colette, in Paris, at Peinture Fraîche, in Brussels, or at the Frac Franche-Comté, in Besançon, in partnership with Les Sandales d’Empédocle, as well as a carte blanche at Vidéodrome 2, in Marseille, during which four films were shown; Exposer, with Cléo Verstrepen (2017), Ici le chemin des ânes, by Lou Rambert-Preiss (2018), Les Ailes du Désir, by Wim Wenders (1987) and Riyo, by Dominique Gonzalez-Foerster (1999)] or workshops from which resulted, among others, research projects such as Monacorp [with students. x.s from the Art Schools of the South gathered at the Pavillon Bosio, in Monaco] and All The Indeterminacies Are One [with Joana Preiss, Vincent Dieutre, Pierre Rousseau, Gilles Collard and the members of the Atelier des écritures contemporaines de La Cambre, for a piece then broadcast by Kiosk Radio]. [© MET](main.jpg)

Finally, a seminar was organised between the Centre de recherche en Philosophie de l’Université Libre de Bruxelles (PHI) and the Master en Textes et création Littéraire de La Cambre (ENSAV) based on texts by (Théo) Casciani. Entitled Speculor, this project is part of Noé Gross’s research and takes the form of a collective investigation and writing workshop. This work includes interventions and contributions from Corentin Laplanche-Tsutsui, Simon de Dreuille, Arthur Poujois, Gylfi Þ. Gunnlaugsson, Masayuki Makino, Daniel Sean Mellet, Elsa Guénot, Katia Porro, Arnaud Idelon, David Puig, Camille Bleker, Élie Petit, Émilien Chesnot, Elsa Vettier, Eva Marechal, Io Worthington, Laëtitia Badaut Haussmann, Nassim Luczaj, Gabriel René Franjou, Rose Vidal, Sephora Shebabo, Patrick Stasny, Joachim Olender, Corentin Lahouste, Anne Reverseau, Hugo Betting, Gilles Collard, Oriol Vilanova, Taos Bertrand, Georgina Hill and Jimmy Poulot, among others. A dedicated website lists all the contributions and discussions of the seminar. [© Theodora Jacobs](speculor.jpg)

*

In his texts, whatever their form, (Théo) Casciani uses description as a fictional weapon to devise counter-models. The speculative and ambient tableaux he composes seem to possess a life of their own, stretching time and bathed in an eerie, hyper-contemporary and often more-than-human aesthetic; they create a disorder and a lack that one must choose to explore. Never settling on a single subject, Casciani decides to exhibit rather than to tell. He explores and associates political, economic, cultural or media trends, networked to capture the doubts and emotions that remain under the virtual. Drives, obsessions and desires, weaknesses, devices or vertigo; everything is ruined, exhausted or mystified to isolate the underlying raw material: grace.” MG. [© Giasco Bertoli](presse3.jpg)

*